Saint-Étienne – 23 avril 2016 – En hors-piste ! Posté le 28/04/2016 - Par Marc L. Article

La piste reçoit ses étoiles. C’est bien naturel. Mais le hors-piste à Saint-Étienne n’est pas sans intérêt. Ce sont des images, des situations, des personnes, des échanges, des rires… C’est un kaléidoscope sur les facettes duquel on a notamment pu y voir…

 

Ces tablées au dîner, ou au petit-déjeuner, concentrées ou plus détendues selon qu’elles se situent avant ou après la compétition ;

 

William, mesurant, au petit matin, à grandes enjambées sur un parking encore désert, l’espace nécessaire à l’installation du camp de base du club : tente des coureurs, tente des parents, cuisine, arrière-cuisine, zone d’échauffement, place des voitures…

 

Justine Mesnard, jeune Pré-licenciée en École de Tricot, sur les genoux de Martine, son éducatrice, maniant avec application les aiguilles qui lui permettent de monter ses premières mailles ;

 

Dimitri, ravi de transformer ce déplacement à caractère sportif en une véritable cure thermale grâce aux nombreuses flaques entourant le camp de base du club ;

 

Martine, omniprésente, au service des coureurs, délaissant un instant tricot et Candy Crush pour se muer en Master Chef, derrière ses fourneaux et offrir aux jeunes le carburant alimentaire indispensable à leurs performances ;

 

Nicolas Leluc, invité deux fois, par erreur, sur le podium, à recevoir une récompense aussitôt retirée, dans une sorte de répétition d’une future victoire que nous lui souhaitons proche ;

 

Des moments de complicité : un bisou sur un crâne angevin, un câlin père-fils, les bras de Nicolas transformés en meilleur lit du monde pour Dimitri ;

 

C’est aussi la chambre 517 baptisée depuis « Suite Samson », lieu d’un apéritif convivial de fin de séjour pendant lequel nous aurions pu scander un seyant « Allez les verres ! » en ces terres stéphanoises ;

 

 

C’est, à 23h10, une alarme incendie intempestive aux conséquences multiples ; des portes de chambres qui s’ouvrent peu à peu ; des couloirs qui laissent penser qu’une soirée pyjama s’organise ; mais c’est surtout sous nos yeux incrédules, un Wiwi devenu Superman : tee-shirt bleu frappé du « S » rouge sur fond jaune « survolant » le couloir l’esprit rivé sur son objectif : anéantir l’intrus ! Rapidement, l’alarme se tait. L’efficacité de Superman n’est plus à démontrer.

[NDLR : dans un souci d’exactitude, je me permets de rappeler que Superman porte habituellement son caleçon par-dessus son pantalon. Nous sommes sans doute plusieurs à avoir remarqué cette inexactitude vestimentaire et à fortement la regretter ! Une louable précipitation est sans doute à l’origine de cet oubli que nous pardonnons bien volontiers…]

 

Les facettes d’un kaléidoscope sont multiples. Chacun aura pu voir les siennes. Celles exposées, ici, n’en sont qu’une petite partie. Merci à tous les acteurs, cités ou non, pour ce week-end, cette organisation, cette bonne humeur malgré des conditions difficiles. Et sans doute à l’année prochaine…

 

Marc

 

 

Merci à Audrey et Sébastien Rousseau pour les photos



Réagir

CAPTCHA